[ Pobierz całość w formacie PDF ]
.Alors que certains capitaines le rejetaient en raison de son âge, Joshua appréciait grandement son expérience.— Tu devrais demander à Ashly de le faire voler en tangente au-dessus de l’atmosphère de Mirchusko.Cette mousse serait brûlée comme par un abrasif.Un petit passage et on n’en parle plus.Le premier avant-bras gauche de Warlow s’abattit sur la table.Verres et bouteilles en frémirent.— Autre solution : brancher une pompe sur ton ventre et transformer ton cul en aspirateur, dit Ashly Hanson.Slurp, fit-il en creusant les joues.Le pilote était un homme de haute taille âgé de soixante-sept ans, auquel la génétique avait fait don d’une silhouette trapue, de cheveux bruns ondulés et d’un sourire émerveillé de gamin de dix ans.L’univers était pour lui une source constante de joie.Il vivait de ses talents, étant capable de faire voler avec grâce un spatiojet lourdement chargé dans n’importe quelle atmosphère.À en croire sa licence du ministère de l’Astronautique, il était également qualifié pour l’aéronautique et le vol spatial, mais cette licence était périmée depuis trois cent vingt ans.Ashly Hanson était temporellement déplacé ; né dans une famille relativement fortunée, il avait en 2229 confié la gestion de ses avoirs à la Banque jovienne en échange d’un contrat d’entretien portant sur une nacelle tau-zéro d’un modèle sûr (même à cette époque, les Édénistes étaient les partenaires idéaux pour ce genre d’accord).Il alternait les périodes de cinquante ans en stase anentropique et les « virées » de cinq ans dans la Confédération.« Je suis un futurologue, avait-il dit à Joshua lors de leur première rencontre.J’ai pris un aller simple pour l’éternité.Je me contente de sortir parfois de ma machine à explorer le temps pour jeter un coup d’œil à l’univers.»Joshua l’avait recruté autant pour son habileté de pilote que pour les histoires qu’il était susceptible de lui raconter.— Merci, mais on enlèvera la mousse conformément au manuel, dit-il aux deux hommes.Le diaphragme synthétiseur de voix qui était incrusté dans le torse de Warlow, juste au-dessus de ses ouïes respiratoires, poussa un soupir métallique.Il porta sa gourde de Champagne à son visage et en injecta une goulée dans sa valve.L’alcool faisait partie des choses auxquelles il n’avait pas renoncé, mais son organisme était équipé de filtres lui permettant si nécessaire de se dégriser à une vitesse stupéfiante.Meyer se pencha au-dessus de la table pour s’adresser à Joshua.— Des nouvelles de Neeves et de Sipika ? demanda-t-il à voix basse.— Oui.C’est vrai que tu ne pouvais pas être au courant.Ils ont débarqué sur la base deux ou trois jours après votre départ pour la Terre.Ils ont failli se faire lyncher.Les sergents ont dû venir à leur secours.Ils sont en prison, où ils attendent une décision judiciaire.Meyer plissa le front.— Pourquoi cette attente ? Je croyais que Tranquillité traitait ce genre de cas sans délai.— Tout un tas de parents éplorés de récupérateurs disparus prétendent que Neeves et Sipika sont responsables de leur disparition.Et puis il y a la question des compensations.En dépit du traitement que je lui ai infligé, le Madeeir a une valeur marchande d’un million et demi de fusiodollars.J’ai renoncé à mes droits sur lui, mais je suppose que les familles ont des chances d’obtenir quelque chose.Meyer but une nouvelle gorgée d’alcool.— Sale affaire, commenta-t-il.— On envisage d’équiper les vaisseaux récupérateurs de balises de détresse et de rendre celles-ci obligatoires.— Jamais ils n’accepteront, ils sont trop indépendants.— Oui, mais je ne suis plus concerné à présent.— On peut le dire, intervint Kelly Tirrel.Elle était assise tout contre Joshua, une jambe posée sur la sienne et un bras passé autour de ses épaules.C’était une position qu’il trouvait extrêmement confortable.Kelly était vêtue d’une robe couleur améthyste dont les yeux de Joshua étaient en mesure d’apprécier à sa juste valeur le décolleté plongeant.gée de vingt-quatre ans et de taille légèrement inférieure à la moyenne, elle avait des cheveux auburn et un visage des plus délicats.Cela faisait deux ans qu’elle travaillait comme correspondante itinérante pour l’antenne de l’agence Collins établie sur Tranquillité.Ils avaient fait connaissance dix-huit mois plus tôt, alors qu’elle réalisait un reportage sur les récupérateurs qui devait être diffusé dans toute la Confédération.Il l’aimait pour son indépendance et pour ses origines modestes.— C’est gentil de te faire du souci pour moi, lui dit-il.— Si je me fais du souci, c’est pour toutes ces données qui seront perdues le jour où ta cervelle explosera quelque part dans le cosmos à cause de cette relique que tu appelles un astronef.(Elle se tourna vers Meyer.) Savez-vous qu’il refuse de me donner les coordonnées de ce château qu’il a découvert ?— Quel château ? demanda Meyer.— Là où il a trouvé la pile électronique laymil.Un large sourire se peignit sur le visage de Meyer.— Un château.Tu ne m’avais pas parlé de ça, Joshua.Est-ce qu’il abritait des chevaliers et des magiciens ?— Non, répliqua Joshua d’un ton ferme.C’était une grande structure cubique.Si je l’appelle un château, c’est à cause de son système de défense.Ça n’a pas été facile d’y pénétrer, un faux mouvement et.Son visage devint grave.Kelly se colla un peu plus contre lui.— Était-il opérationnel ? demanda Meyer, qui s’amusait comme un fou.— Non.— Alors en quoi était-il dangereux ?— Il y avait encore de l’énergie dans certaines cellules du système de défense.Vu la dégénérescence moléculaire dont elles avaient souffert dans l’anneau, j’aurais pu causer un court-circuit rien qu’en les effleurant.Ensuite, c’aurait été l’explosion et la réaction en chaîne.— Une pile électronique et des cellules encore fonctionnelles.Une découverte vraiment fabuleuse, Joshua.Joshua lui lança un regard noir.— Et il refuse de me dire où elle se trouve, geignit Kelly.Réfléchissez, un truc comme ça qui a survécu au suicide détient peut-être la clé du secret des Laymils.Si je pouvais capturer ça sur un sensovidéo, ma réputation serait faite.Je pourrais choisir moi-même ma propre antenne Collins.Je pourrais même la diriger, bon sang.— Je vais te dire où ça se trouve, ça se trouve là-dedans, dit Joshua en se tapotant le crâne.Mes naneuroniques ont enregistré ses paramètres orbitaux au mètre près.Je suis capable de le localiser avec précision durant les dix prochaines années.— Combien demandes-tu pour cette information ? s’enquit Meyer.— Dix millions de fusiodollars.— Merci, mais je passe.— Ça ne te dérange pas de faire obstacle au progrès ? demanda Kelly.— Non [ Pobierz całość w formacie PDF ]