[ Pobierz całość w formacie PDF ]
.Je n’en sais pas plus.— Il y a cependant un dernier point que je voudrais vérifier, Mr Wellington, dis-je en consultant mes listes.Il s’agit d’une violente dispute qui nous a été rapportée entre Mr Peters et Mr Hawkins.Pourquoi ne pas nous en avoir fait part ?— John s’était plaint, en effet, avoua Mr Wellington à contrecœur.Il trouvait Hawkins arrogant et paresseux.Mais cet homme avait été engagé par herr Brugsch et… (Il se racla la gorge,) vous savez bien que celuici a toute l’indulgence de notre directeur.J’ai indiqué à John que je ne pouvais pas intervenir contre son protégé.Je n’y pensais même plus, ajouta-t-il, et je ne vois pas en quoi cela a une importance pour votre enquête.— Vous ne voyez pas grand-chose, dit Emerson sans ambages.Pourtant ni Hawkins ni Peters n’aurait dû se trouver au musée la nuit où ils y sont morts.S’ils ne s’entendaient pas, il est peu probable qu’ils aient organisé leur affaire ensemble.Il ne reste donc qu’une autre possibilité.— Vous pensez que John y était pour surveiller Hawkins ? S’exclama Wellington effaré.Et qu’un troisième homme les aurait surpris et tués ?— Nous ne pouvons encore rien prouver, disje fermement.Mais Mr Hawkins n’était pas très apprécié à ce que j’ai compris.— C’est exact, reconnut Mr Wellington.Je ne peux pas comprendre ce que Brugsch lui trouvait — à part qu’ils avaient travaillé ensemble jadis.— Maspero a toujours refusé de tenir compte de mes accusations contre ce foutu Allemand, grommela Emerson.Et si ces scélérats se connaissaient depuis longtemps, cette scandaleuse affaire de Saqqarah peut aussi bien les avoir concerné tous les deux.— C’est totalement hors de notre propos, Emerson, signalai-je.— Moi, je ne sais rien de plus, s’affola Mr Wellington en clignant des yeux devant la colère de mon époux.Nous en convînmes et Emerson le libéra, tout en demandant à voir Mr Thatcher.Celui-ci se trouvant en déplacement, il fut convenu qu’il nous rejoindrait au Boulaq en fin de journée.Mr NewtonJones frappa peu après à la porte.A peine entré, il s’informa de la santé de Miss Jane, ce qui amena un froncement de sourcils menaçant d’Emerson.— Nous ne sommes pas venus pour faire des mondanités, jeune homme, grogna-t-il, mais pour obtenir des renseignements.— Bien, professeur, répondit l’autre, l’air confus.— Nous cherchons à mieux connaître la personnalité de Mr Peters, dis-je.Que pourriez-vous nous dire à son sujet ? — Je vous en ai déjà parlé, Mrs Emerson, fut la réponse immédiate.John était plus âgé que moi et nous nous rencontrions assez peu.C’était un homme plutôt prétentieux, volontiers arrogant, mais qui accomplissait son travail avec sérieux.— Il y a eu une dispute entre lui et Hawkins, annonça Emerson.Le saviez-vous ? — James m’en a parlé, admit Mr Newton-Jones.— James ? Vous voulez sans doute parler de Mr Thatcher, disje d’une voix insidieuse.Parlez- nous de lui.Après tout, il a le même âge que vous, n’est-ce pas ?— Certes, mais… Hum, nous ne nous fréquentons guère.James semble toujours craindre que je représente une menace pour sa place.Il a un caractère… disons… inquiet, aussi il se livre très peu.— Ce n’est qu’un sale petit cafard, s’exclama Emerson.— Il fait du bon travail, souligna Mr Newton-Jones avec un certain courage.En ce qui le concerne, je sais seulement qu’il n’aimait pas du tout Hawkins qui le raillait souvent.Lorsque nous quittâmes les lieux, peu après, Emerson s’élança d’un pas conquérant que je lui fis rapidement ralentir.Je m’accrochai à son bras, telle une petite épouse délicate, et nous nous rendîmes au Boulaq en devisant calmement.Comme convenu, David et Nefret nous attendaient devant le musée.Je vis non sans amusement que Cyrus Vandergelt s’était joint à eux.— Encore vous, Vandergelt, remarqua grossièrement Emerson.— Mes hommages, Amelia, répondit aimablement Cyrus.Bonjour, Emerson, moi aussi je suis ravi de vous voir.J’ai croisé ces deux jeunes gens devant le Shepheardet, dès qu’ils m’ont indiqué où ils se rendaient, j’avoue avoir été dévoré par la curiosité.— Humph, grommela Emerson.Il ouvrit la lourde porte cloutée qui grinça en tournant sur ses gonds.Il y avait déjà quelques jours que je n’étais pas revenue en ces lieux.Le travail avait bien avancé.Les salles semblaient vides, désertes, abandonnées.Nos pas résonnaient lugubrement dans le silence tandis que la poussière s’envolait sous nos pieds en particules serrées.— Pourquoi n’y a-t-il personne ? Demandai-je un peu oppressée.— Les hommes ne travaillent pas le vendredi, souligna David.Comme pour le contredire, Hamad al Mekkawi et son fils, Nabil, apparurent et nous demandèrent, étonnés, comment nous étions entrés.Lorsqu’Emerson leur montra la grosse clé que lui avait confiée M.Maspero, il me sembla que les deux hommes la regardaient d’un œil interloqué, presque choqué —mais je ne pus m’expliquer pourquoi.D’ailleurs leur apparence avait de quoi soulever d’autres interrogations.Malgré son maintien toujours digne, le vieux gardien semblait las et son visage fripé exprimait une sourde préoccupation.Le jeune Nabil n’était pas en meilleur état avec son turban gris de poussière — ou de cendres ? — et une meurtrissure sombre qui marquait sa tempe droite.Ses traits aquilins, si semblables à ceux de son père, étaient creusés par la douleur et/ou la fatigue.— Vous êtes blessé, Nabil, remarquaije.Que s’est-il passé ?— C’est une pile de caisses s’est effondrée alors que je passais à côté, Sitt Hakim, répondit le jeune homme avec une grimace.— Mon Dieu ! m’écriai-je.Quand est-ce arrivé ? — Cet après-midi, répondit le père en dirigeant un regard soucieux vers son fils.Nous ne pouvions pas quitter le musée, Sitt, le moudir nous a demandé de rester vigilants — mais mon fils souffre, et il s’est aussi blessé à l’épaule.Le jeune homme refusa formellement que je l’examine et Emerson me demanda rapidement de cesser mes vaines objurgations.— Ces caisses sont-elles tombées toutes seules ? Demanda-t-il.— Je ne sais pas, Maître des Imprécations, répondit Nabil en roulant un peu des yeux.Nous nous rendîmes jusqu’à la salle des entrepôts où s’était produit l’accident.Les piles branlantes semblaient en ordre.Je m’en étonnais mais Hamad al Mekkawi indiqua que son fils et lui avait déjà redressé l’éboulement.En me retournant, je constatai avec humeur qu’Emerson avait disparu dans le labyrinthe créé par les nombreux empilements [ Pobierz całość w formacie PDF ]