[ Pobierz całość w formacie PDF ]
.— Nous préférons nous en aller tous, si on le garde, déclaraitHutin.Cette affaire ennuyait Bouthemont, dont la gaieté s'accommodait mal d'un tel tracas intérieur.Il souffrait de ne plus avoir autour de lui que des visages renfrognés.Pourtant, il voulait être juste.— Voyons, laissez-le tranquille, il ne vous fait rien.Mais des protestations éclataient.— Comment! il ne nous fait rien?… Un être insupportable, toujours nerveux, et qui vous passerait sur le corps, tant il est fier!C'était la grande rancune du rayon.Robineau, avec des nerfs de femme, avait des raideurs et des susceptibilités inacceptables.On racontait vingt anecdotes, un petit jeune homme qui en était tombé malade, jusqu'à des clientes qu'il avait humiliées par ses remarques cassantes.— Enfin, messieurs, dit Bouthemont, je ne peux rien prendre sur moi… J'ai averti la direction, je vais en causer tout à l'heure.On sonnait la seconde table, une volée de cloche montait du sous- sol, lointaine et assourdie dans l'air mort du magasin.Hutin et Favier descendirent.De tous les comptoirs, des vendeurs arrivaient un à un, débandés, se pressant en bas, à l'entrée étroite du couloir de la cuisine, un couloir humide que des becs de gaz éclairaient continuellement.Le troupeau s'y hâtait, sans un rire, sans une parole, au milieu d'un bruit croissant de vaisselle et dans une odeur forte de nourriture.Puis, à l'extrémité, il y avait une halte brusque, devant un guichet.Flanqué de piles d'assiettes, armé de fourchettes et de cuillers qu'il plongeait dans des bassines de cuivre, un cuisinier y distribuait les portions.Et, quand il s'écartait, derrière son ventre tendu de blanc, on apercevait la cuisine flambante.— Allons, bon! murmura Hutin en consultant le menu, écrit sur un tableau noir, au-dessus du guichet, du boeuf sauce piquante, ou de la raie… Jamais de rôti, dans cette baraque! Ça ne tient pas au corps, leur bouilli et leur poisson!Du reste, le poisson était généralement méprisé, car la bassine restait pleine.Favier prit pourtant de la raie.Derrière lui, Hutin se baissa, en disant:— Boeuf sauce piquante.De son geste mécanique, le cuisinier avait piqué un morceau de viande, puis l'avait arrosé d'une cuillerée de sauce; et Hutin, suffoqué d'avoir reçu au visage le souffle ardent du guichet, emportait à peine sa portion, que déjà derrière lui les mots: «Boeuf sauce piquante… Boeuf sauce piquante…», se suivaient comme des litanies; pendant que, sans relâche, le cuisinier piquait des morceaux et les arrosait de sauce, avec le mouvement rapide et rythmique d'une horloge bien réglée.— Elle est froide, leur raie, déclara Favier, dont la main ne sentait pas de chaleur.Tous, maintenant, filaient, le bras tendu, leur assiette droite, pris de la crainte de se heurter.Dix pas plus loin, s'ouvrait la buvette, un autre guichet, avec un comptoir d'étain luisant, où étaient rangées les parts de vin, de petites bouteilles sans bouchon, encore humides du rinçage.Et chacun, de sa main vide, recevait au passage une de ces bouteilles, puis, dès lors embarrassé, gagnait sa table d'un air sérieux, veillant à l'équilibre.Hutin grondait sourdement:— En voilà une promenade, avec cette vaisselle!Leur table, à Favier et à lui, se trouvait au bout du corridor, dans la dernière salle à manger.Toutes les salles se ressemblaient, étaient d'anciennes caves, de quatre mètres sur cinq, qu'on avait enduites au ciment et aménagées en réfectoires; mais l'humidité crevait la peinture, les murailles jaunes se marbraient de taches verdâtres; et, du puits étroit des soupiraux, ouvrant sur la rue, au ras du trottoir, tombait un jour livide, sans cesse traversé par les ombres vagues des passants.En juillet comme en décembre, on y étouffait, dans la buée chaude, chargée d'odeurs nauséabondes, que soufflait le voisinage de la cuisine.Cependant, Hutin était entré le premier.Sur la table, scellée d'un bout dans le mur et couverte d'une toile cirée, il n'y avait que les verres, les fourchettes et les couteaux, marquant les places.Des piles d'assiettes de rechange se dressaient à chaque extrémité; tandis que, au milieu, s'allongeait un gros pain, percé d'un couteau, le manche en l'air.Hutin se débarrassa de sa bouteille, posa son assiette; puis, après avoir pris sa serviette, au bas du casier, qui était le seul ornement des murailles, il s'assit en poussant un soupir.— Avec ça, j'ai une faim! murmura-t-il.— C'est toujours ainsi, dit Favier, qui s'installait à sa gauche.Il n'y a rien, quand on crève.La table se remplissait rapidement.Elle contenait vingt-deux couverts.D'abord, il n'y eut qu'un tapage violent de fourchettes, une goinfrerie de grands gaillards aux estomacs creusés par treize heures de fatigues quotidiennes.Dans les commencements, les commis, qui avaient une heure pour manger, pouvaient aller prendre leur café dehors; aussi dépêchaient-ils le déjeuner en vingt minutes, avec la hâte de gagner la rue.Mais cela les remuait trop, ils rentraient distraits, l'esprit détourné de la vente; et la direction avait décidé qu'ils ne sortiraient plus, qu'ils paieraient trois sous de supplément, pour une tasse de café, s'ils en voulaient.Aussi, maintenant, faisaient-ils traîner le repas, peu soucieux de remonter au rayon avant l'heure.Beaucoup, en avalant de grosses bouchées, lisaient un journal, plié et tenu debout contre leur bouteille.D'autres, quand leur première faim était satisfaite, causaient bruyamment, revenaient aux éternels sujets de la mauvaise nourriture, de l'argent gagné, de ce qu'ils avaient fait, le dimanche précédent, et de ce qu'ils feraient, l'autre dimanche.— Dites donc, et votre Robineau? demanda un vendeur à Hutin.La lutte des soyeux contre leur second occupait tous les comptoirs.On discutait la question chaque jour, au Café Saint- Roch, jusqu'à minuit.Hutin, qui s'acharnait sur son morceau de boeuf, se contenta de répondre:— Eh bien! il est revenu, Robineau.Puis, se fâchant tout d'un coup:— Mais, sacredieu; ils m'ont donné de l'âne!… À la fin, c'est dégoûtant, ma parole d'honneur!.— Ne vous plaignez donc pas! dit Favier.Moi qui ai fait la bêtise de prendre de la raie… Elle est pourrie.Tous parlaient à la fois, s'indignaient, plaisantaient.Dans un coin de la table, contre le mur, Deloche mangeait silencieusement [ Pobierz całość w formacie PDF ]