[ Pobierz całość w formacie PDF ]
.Puis elle crut voir une des ramures disparaître et elle s’aperçut qu’à cet endroit les rennes s’agitaient et s’écartaient de plus belle.Tirant d’un coup sec ses deux épieux de leurs supports, elle se laissa glisser de sa monture et courut à toute vitesse vers cet endroit.Les yeux fous, enfoncé jusqu’à mi-corps dans la boue au fond de la fosse, un renne essayait vainement de sauter.Cette fois-ci, Ayla prit le temps de viser.Elle enfonça son épieu dans le cou du renne et sectionna une artère.Le jeune mâle à la magnifique ramure s’affaissa au fond du trou, tué sur le coup.C’était fini.Terminé.Et tellement plus facile qu’Ayla l’avait imaginé.Les préparatifs avaient été longs et lui avaient demandé beaucoup de réflexion et d’efforts.La chasse, en revanche, ne lui avait posé aucune difficulté et elle sentait encore en elle un trop-plein d’énergie et une tension qu’elle avait besoin d’extérioriser.— Whinney ! Nous avons réussi ! lança-t-elle à la jument en criant et en gesticulant.Puis elle sauta sur le dos de Whinney et se lança dans une course effrénée à travers les plaines.Ses longues tresses volant derrière elle, les yeux brillants d’excitation, un sourire fou sur le visage, elle était en proie à une sorte d’ivresse.Mais le plus impressionnant, c’était qu’un animal sauvage, dont le regard fiévreux et les oreilles rabattues dénotaient une frénésie d’une autre nature, partage avec elle cette folle équipée.Quand, après avoir parcouru un large cercle, elles revinrent vers la rivière, Ayla arrêta Whinney, puis, sautant au bas de sa monture, elle termina le trajet en courant.Lorsqu’elle eut retrouvé son souffle, elle s’approcha de la fosse, récupéra l’épieu planté dans le cou du renne et siffla Whinney.La jument montrait des signes d’inquiétude et Ayla dut la calmer avant de pouvoir lui passer le harnais.Puis elle la guida jusqu’au bord de la fosse.N’ayant ni bride, ni licou, elle était obligée de cajoler la jument pour l’inciter à obéir.Quand Whinney se tint tranquille, elle attacha l’extrémité des cordes aux bois du renne.— Tire, Whinney, dit-elle pour encourager la jument.Comme lorsque tu tirais le rondin.Whinney fit quelques pas en avant, sentit la résistance et recula aussitôt.Ayla insistant, elle recommença à avancer et se pencha en avant quand les cordes du harnais commencèrent à se tendre.Petit à petit, Ayla l’aidant du mieux qu’elle pouvait, la jument réussit à sortir le renne de la fosse.Ayla était folle de joie : au moins, elle ne serait pas obligée de découper le renne à l’intérieur de la fosse.Whinney allait-elle accepter de ramener le renne jusque dans la vallée et en aurait-elle la force ? La jeune femme n’en savait rien et elle désirait agir par étapes.Elle commença donc par emmener la jument au bord de la rivière pour qu’elle puisse se rafraîchir, puis elle plaça un des paniers à l’intérieur de l’autre, attacha les épieux et arrima le tout sur son dos.Gênée par son chargement, elle dut grimper sur un rocher pour pouvoir monter sur Whinney.Elle avait retiré ses chausses et releva le bas de son vêtement en fourrure au moment où elle s’engageait avec Whinney dans la rivière.En temps normal, à cet endroit, il était facile de traverser à gué et c’est d’ailleurs pour cette raison que les rennes avaient instinctivement choisi ce passage.Mais le niveau de la rivière avait monté à cause de la pluie et le courant était si rapide que Whinney dut faire attention où elle posait les pieds.Une fois dans l’eau, le renne se mit à flotter, ce qui facilita la progression de la jument.Ce bain eut aussi l’avantage de débarrasser l’animal de la boue et du sang qui le recouvraient et arrivé sur l’autre rive, le renne était propre.Lorsque Whinney sentit à nouveau une résistance, elle refusa d’avancer.Ayla descendit et l’aida à tirer le renne sur une courte distance.Elle défit alors les cordes qui le retenaient à la jument.Avant de se mettre en route pour rejoindre la vallée, elle devait accomplir une tâche qui ne pouvait attendre [ Pobierz całość w formacie PDF ]