[ Pobierz całość w formacie PDF ]
.Et le pire, c’est que j’en suis fière !Plaquée sur le dos de Vulcain, les mains liées aux étriers, Nolita surveillait ses poursuivants en regardant par-dessous son aisselle.— Ombre a disparu ! haleta-t-elle.Et il y a un dragon de la nuit à dix mètres de nous !— Bien, conclut le dragon bleu.Cette promenade était un peu trop fade à mon goût.Cramponne-toi.Je vais tenter quelques virages serrés.Tu ne vas pas aimer.— Où est passée Ombre ?— Elle a entraîné les deux autres dragons noirs dans le défilé que tu vois sur ta droite.À présent, nous sommes seuls avec notre invitée… Nolita, je te présente Ténébreuse.Mais Nolita n’écoutait pas.Poll l’avait abandonnée.Elle se fichait de combattre ce gros dragon charbonneux.Elle se fichait d’effectuer des virages serrés.Tout ce qui comptait, c’était qu’elle se retrouvait à nouveau seule avec Vulcain.La terreur referma son poing noir autour de la jeune fille.Son souffle s’accéléra.Son cœur battit plus vite.Plus fort.Son dragon était à bout de forces.Nolita le sentait dans chaque muscle de son corps.Où puisait-il l’énergie qui lui permettait de continuer ?— À droite toute ! s’exclama-t-il en amorçant un virage à angle droit.La jeune fille eut l’impression qu’il plantait la pointe de son aile dans le sol et qu’il pivotait autour de l’axe.Un poids immense l’écrasa contre l’échiné du dragon et lui arracha un hurlement de douleur.Sous son ventre, elle sentit Vulcain gonfler les poumons.Le dragon du jour tourna la tête et cracha un jet de flammes en direction de Ténébreuse.Juste de quoi l’agacer.Vulcain n’était pas au mieux de sa forme.Le dragon noir poussa un cri.De rage, ou de douleur ? Nolita n’aurait su le dire.— Virage à gauche !Celui-ci fut si rapide que la Riquaméenne vit le sol tournoyer.Elle eut la sensation d’être catapultée dans les airs, pour se retrouver collée contre le dos de Cain la seconde d’après.Le dragon s’éleva brusquement dans le ciel, comme aspiré dans un trou d’air, puis se remit à battre des ailes en rythme.— Ouf ! C’était moins une ! s’écria-t-il.Ténébreuse n’a pas son pareil pour négocier les virages ! Elle est rapide.Je vais avoir du mal à la mettre hors d’état de nuire.Je dois agir, sinon nous irons nous écraser au fond de ce ravin.Je vais tenter une manœuvre que j’ai vue dans l’autre monde.Nolita n’entendait que des bribes de phrases.Elle n’avait pas compris ce qui venait de se passer.Ni ce que Cain envisageait de faire.Et elle avait trop peur pour le lui demander.Elle s’agrippait aux sangles de cuir avec l’énergie du désespoir.Ses ongles lui rentraient dans la chair.Elle ferma les yeux, se mordit la lèvre pour éviter de hurler et serra les dents – avec tant de force qu’elle crut s’être déboîté la mâchoire.Du sommet du crâne à la base du cou, elle n’était qu’une boule de muscles tendus à se rompre.Vulcain prit un autre virage à droite.Il tourna… tourna… tourna… Le virage n’en finissait pas.Cette fois, Nolita eut l’impression qu’un géant lui enfonçait doucement le talon dans le dos et relâchait la pression peu à peu.La pression disparut d’un seul coup.Le vent cessa de siffler aux oreilles de Nolita.La jeune fille crut qu’elle décollait de la selle.Et toujours, Vulcain continuait de tourner.Et la pression revint.Écrasante.De plus en plus forte.Nolita était désorientée.Surtout, ne pas ouvrir les yeux.Laisser Vulcain effectuer sa manœuvre.Sentir les flancs du dragon enfler sous ses cuisses.Entendre le rugissement tonitruant qui accompagne chaque salve de flammes.Percevoir le cri strident de Ténébreuse – un feulement de rage qui venait de devant, et non plus de derrière.Aussitôt, Nolita reçut de plein fouet une palette d’émotions de la part de son dragon.D’abord, un sentiment de triomphe.Si intense, qu’elle craignit de s’évanouir.Ensuite, une demi-seconde plus tard, une impression de panique totale.Le géant invisible qui plaquait Nolita sur le dos de Vulcain sauta à pieds joints sur les reins de la jeune fille et se volatilisa l’instant d’après.Enfin, Cain fit partager une dernière émotion à sa cavalière : un profond soulagement.— C’est fini, annonça-t-il d’une voix éteinte.Ténébreuse ne nous ennuiera plus.Avec une prudence exagérée, Nolita entrouvrit les yeux.Cain volait en rase-mottes au-dessus de la vallée.La jeune fille se retourna.Le dragon de la nuit gisait sur le sol.Mort ?— Qu’est-ce que tu as fait ? siffla-t-elle, horrifiée.Elle aperçut Ténébreuse remuer.Elle était encore en vie.— Je lui ai brûlé une aile, avoua Vulcain.Je n’avais pas le choix.Elle revolera peut-être un jour.Je ne l’ai pas tuée, et j’en suis heureux.— Et son cavalier ? s’enquit Nolita d’une voix blanche.— Il est indemne, et c’est tant mieux.J’aurais eu mauvaise conscience de faire de Ténébreuse un dragon solitaire.Nolita cligna des yeux.Un détail lui échappait.— Comment as-tu réussi à la vaincre aussi vite ? Elle était juste derrière nous !— J’ai effectué une manœuvre inédite chez les dragons, expliqua Vulcain.Un looping.— Un looping ? Qu’est-ce que c’est ?— Un tour complet, à la verticale.— Impossible ! s’exclama Nolita.Si je m’étais retrouvée la tête en bas, je serais tombée ! Ou je serais restée pendue par les bras !— Pas avec ma technique, déclara Vulcain avec fierté.Quand nous étions dans l’autre monde, j’ai bien observé les machines volantes.Elles tournaient tout en redressant le nez.C’est la force du mouvement qui t’a empêchée de tomber.Je n’ai pas exécuté une manœuvre parfaite, cependant.Je t’ai sentie décoller pendant que je me replaçais à l’horizontale.— Mais… Comment t’es-tu retrouvé derrière Ténébreuse ? s’entêta Nolita.— Elle a essayé de m’imiter, ricana le dragon bleu.Elle a paniqué et s’est vite remise d’aplomb.Mais elle avait perdu de la vitesse.Elle a dû accélérer pour ne pas s’écraser… et du coup, elle nous a doublés.J’ai sauté sur l’occasion.En revanche, j’ai mal évalué la deuxième partie du looping et j’ai dégringolé en chute libre pendant quelques secondes.La prochaine fois, je prendrai plus de hauteur.Nolita faillit s’étrangler de fureur.— LA PROCHAINE FOIS ? beugla-t-elle.Il n’y aura pas de prochaine fois ! Je t’in-ter-dis de recommencer ! Tu m’entends ? Hors de question de rejouer les cascadeurs de l’air !Elle frissonna.— Pourrions-nous rejoindre Ombre et Poll, maintenant ?Vulcain ne répondit pas tout de suite.— Non, finit-il par dire.— Et pourquoi ça ?— Ils sont partis dans les montagnes.À moins de trouver un passage ou d’attendre qu’ils reviennent, nous sommes à nouveau livrés à nous-mêmes.Je suis beaucoup trop fatigué pour passer par les crêtes.Je vais tenter de m’éloigner le plus possible de Ténébreuse, mais je ne tiendrai pas longtemps.La peur vint aussitôt remplacer la colère.La boule de terreur froide s’installa au creux du ventre de Nolita, et n’en bougea plus.La jeune fille se mit à trembler.En Iséa, elle avait passé une poignée d’heures seule avec Vulcain.Elle avait tenu le coup, uniquement parce qu’elle savait que c’était provisoire [ Pobierz całość w formacie PDF ]