[ Pobierz całość w formacie PDF ]
.C’est déjà grave que Tath le connaisse.— Oh, ça, je le connais.Lila mit son bras autour des épaules de Dar dans une étreinte maladroite.Il l’enlaça rapidement mais fort en retour, suffisamment fort pour qu’elle se demande si elle n’était pas stupide de refuser une arme telle que son nom.Les mots de Tath se répercutaient dans son esprit : « transformée de nouveau ».Puis ils partirent et en quelques minutes ils arrivèrent au bord du lac.Le soleil se couchait et la surface de l’eau reflétait les tons roses et orangés dans le ciel.Lila baissa les yeux et vit un jeune elfe blond dans son reflet : Tath jusqu’aux pointes de ses oreilles invisibles et mobiles.Dar énonça des mots que Lila ne comprit pas.Ils glissèrent sur sa conscience comme un poisson qui s’échappe d’une main maladroite.Une brise se leva et souleva ses cheveux elfiques illusoires.— Considère-toi comme invitée, dit Dar après un instant.Suis-moi et ne montre pas de peur.Il s’avança dans l’eau.Lila fronça les sourcils mais le suivit – elle était venue jusqu’ici, pourquoi reculer à présent ? L’eau lui sembla étrange dès qu’elle la toucha.Elle ne remplit pas ses bottes ni ne trempa ses vêtements.Baissant les yeux, Lila vit qu’elle était protégée par l’étendue du corps aethérique de Tath qui se projetait à quelques millimètres du sien.Là où il entrait en contact avec l’eau, une surface se créait, comme la surface d’une bulle d’air, et l’eau l’évitait.Elle se demanda ce qui se passerait quand l’eau atteindrait son nez et se prépara à déclencher un mécanisme de recyclage gazeux mais, quand le lac se referma sur sa tête, elle se rendit compte qu’elle descendait la colline à la suite de Dar comme s’ils étaient tous deux sur la terre ferme et sèche, alors qu’ils se déplaçaient avec la grâce lente des plongeurs et devaient pousser le poids de l’eau autour d’eux.Ils ne flottaient pas, ni ne se noyaient.Chapitre 18Lila et Dar marchaient lentement, pataugeaient en flottant légèrement à chaque pas, comme des nageurs qui essaient de toucher le fond avec leurs pieds, chaque pas était un bond, leurs cheveux comme des nuages autour de leurs têtes, l’eau comme un air lourd qu’ils pouvaient respirer même si chaque inspiration était une lutte.Elle était verte et la lumière qui la traversait était rapidement étouffée, les laissant dans une ombre kaki où toutes les couleurs devenaient vertes.Lila vit les silhouettes argentées de poissons qui s’approchaient rapidement par curiosité et scintillaient lorsqu’ils se retournaient et s’échappaient d’un coup de queue.Elle sentait ses bottes s’accrocher sur des amas d’algues tandis qu’ils avançaient doucement sur une route pavée, plongeant plus avant dans les profondeurs.Il fit rapidement si sombre que Lila dû utiliser les infrarouges pour améliorer sa vision.Quand elle les brancha, elle sentit le mépris permanent de Tath disparaître sous la surprise.Dar voyait bien, même sans beaucoup de lumière, sa vision elfique avait une bien plus grande portée et une capture de couleur supérieure à celle de Lila, mais quand ils atteignirent l’immense porte de pierre qui leur barrait le passage, Lila put voir dans la manière dont ses mouvements devenaient plus hésitants qu’il trouvait les choses plus difficiles.La barrière devant eux était un bloc de pierre lisse, un monolithe gravé et décoré de bas-reliefs d’animaux, de plantes et de mots dans une forme ancienne d’elfique que même l’IA de Lila ne reconnaissait pas.Mais ils reconnurent le cadre simple et la forme comme étant quelque chose qui devait être une porte, même s’il n’y avait aucun signe de poignée ou de serrure ou d’un quelconque endroit d’où un garde pourrait regarder à l’extérieur.Lila regarda les pâles cheveux aethériques de Tath danser autour de son visage alors qu’elle ne les sentait pas vraiment et haussa les épaules d’un air interrogatif en regardant Dar quand ils firent halte à distance d’un bras de la pierre.Dar dit quelque chose et ses mots s’élevèrent en bulles scintillantes de sa bouche.Lila entendit un son doux, sentit une vibration qui semblait venir de la pierre sous ses pieds.C’était un son menaçant et il se reproduisit rapidement.Elle sentit la concentration de Tath s’atténuer – son écoute lui donnait la sensation que ses nerfs s’étendaient et s’allongeaient dans l’eau froide qui les pressait de toutes parts.Cela la rendit nerveuse.Mais elle se souvint que Dar lui avait dit de ne montrer aucune peur, elle resta donc coite et ne fit rien, se concentra sur la relaxation et se brancha sur son IA.La vibration devint vite suffisamment distincte pour qu’elle puisse identifier le son de plus d’un tambour.Ensemble, trois instruments tissaient un rythme syncopé quelle pouvait sentir traverser son corps depuis l’eau.Alors que le son du tambour devenait plus fort, l’eau frissonna.Une ombre, plus sombre que les ténèbres des sédiments, passa au-dessus d’eux avec la grâce distante et froide d’un long corps énorme et sinueux qui glissait quelque part au-dessus de leurs têtes.Lila sentit les turbulences ainsi créées presser ses vêtements contre son corps.Grâce à la détection des mouvements, aux infrarouges et à la vision thermique, son IA put l’informer sur un tracé très clair à gauche de sa vision qu’elle avait bien deviné rien que par la taille et la puissance de la créature.Un dragon d’eau venait de passer près d’eux.Ses vibrisses sensibles avaient dû lui offrir tout ce qu’il devait savoir depuis leur odeur dans l’eau, les perturbations qu’ils causaient en bougeant, le son de leur souffle et le battement de leurs cœurs, la magie ou son manque qui les traversait.Lila jeta un coup d’œil à Dar, mais il regardait la porte.L’andalune de Tath lançait des fourmillements dans tout son corps.Elle avait envie de se gratter mais elle n’aurait pas su où commencer.La porte bougea, l’espace de la taille d’un cheveu entre elle et son encadrement s’assombrit brusquement alors qu’elle changeait de position, glissant directement à l’intérieur de la pierre avant de rouler sur le côté.Devant eux, une entrée circulaire menait vers de nouvelles ténèbres subaquatiques qu’aucun des sens de Lila ne pouvait pénétrer.Elle voulait protester, confirmer l’impossibilité de l’existence d’un tel espace, mais n’eut pas à le faire.Tath le fit pour elle.Essaie, tu n’y arriveras pas, dit-il silencieusement depuis la sécurité de son cœur.Ton hésitation ne fera que lui faire penser que tu es indigne.La magie qui garde le palais est une magie primale et même tes appendices mécaniques ne pourront faire ce qu’elle ne permettra pas.Il était content qu’elle le croie… et elle le devait puisqu’elle aurait su s’il mentait.Elle sentit son plaisir devant la peur qui s’éleva soudain à ses mots et la fit trembler, un mouvement compulsif qu’elle ne put contrôler.Lila savait que l’eau ne faisait que transmettre tout ce qu’elle faisait aux observateurs cachés dans les ténèbres soyeuses.Elle n’avait pas l’impression qu’elle pouvait faire face à la fois à des dragons, à des agents hostiles dans son for intérieur et à tout le reste en même temps.Tath était en contact bien trop étroit avec ses véritables sentiments en permanence.Elle décida, avec réserves, de laisser son IA exécuter la routine qui contournait son centre émotionnel et remplaçait sa prise de décision par de froids calculs.— Qu’est-ce que c’était que ça ? demanda Tath.Il était capable de sentir le changement mais pas de le comprendre [ Pobierz całość w formacie PDF ]