[ Pobierz całość w formacie PDF ]
.Il était clair pour Miles que les traditionnels droits au secret des femmes Hautes étaient devenus pour un haut gradé de la Sécurité, paranoïaque comme il se doit et fier de son métier, un affront insupportable.Était-ce donc cela la récompense proposée par Kety à Naru en échange de sa coopération ? La promesse que le nouveau régime allait ouvrir les portes hermétiquement closes de la Crèche des Étoiles et révéler au grand jour tous les lieux secrets sur lesquels les Hautes régnaient en maîtresses absolues ? Cela détruirait l’étrange et fragile fondement-de leur pouvoir.Un pouvoir qui allait tomber dans les mains des ghem-généraux, à qui il revenait de droit, du moins aux yeux de Naru.Kety avait-il aussi dupé ce général, ou étaient-ils deux comploteurs à égalité ? À égalité, décida Miles.C’est l’individu le plus dangereux dans cette pièce, peut-être même dans tout le vaisseau.Miles régla son neutralisateur sur sa puissance minimale dans une tentative désespérée de ne pas déclencher les alarmes en le déchargeant.— Pel, fit-il d’un ton pressant, asperge Naru de ta dernière dose de somnifère.Je vais menacer les autres, essayer de les impressionner sans vraiment tirer sur eux.On les ligote, on prend les Clefs et on se taille.Ce n’est peut-être pas élégant mais c’est rapide et nous n’avons plus le temps.Pel opina à contrecœur, remonta ses manches et prépara le petit bulbe aérosol.Nadina se cramponna au dossier : Miles s’apprêtait à sauter à terre en position de tir.Pel éteignit la bulle et pulvérisa l’aérosol vers le visage de Naru.Ce dernier bloqua sa respiration et esquiva, à peine atteint par le nuage iridescent.Il expira tout en poussant un cri d’avertissement.Miles jura, bondit à terre, trébucha et tira trois charges coup sur coup.Les deux techs s’effondrèrent, mais Naru faillit presque lui échapper encore une fois.Enfin, le nimbus stoppa le ghem-général, pris de convulsions.Temporairement, du moins.Naru chancela à travers toute la cabine à la manière d’un phacochère tombé dans un marécage, sa voix réduite à un gargouillis.Nadina fonça vers la table, rafla toutes les Clefs, les glissa sous sa première robe et les rapporta à Pel.Celle-ci entreprit d’essayer l’anneau sur chacune.— Pas celle-ci… Ni celle-là non plus…Miles jeta un coup d’œil à la porte qui demeurait close, qui demeurerait close jusqu’à ce que la bonne main pressât son verrou à paume.Quelle main pourrait l’activer ? Celle de Kety ?… Celle de Naru, qui était déjà là ?… celle d’un garde ? Nous allons bientôt le savoir.— Non plus… continuait Pel.Et si elles sont toutes fausses ? Non plus…— Bien sûr qu’elles le sont, comprit soudain Miles.La vraie doit être, doit être…Il entreprit de remonter les câbles partant de la console de com du tech.Ils le conduisirent à une boîte cachée derrière une pile d’appareils et dans cette boîte, il y avait… une autre Grande Clef.Mais celle-ci était prise dans le pinceau d’un rayon lumineux qui véhiculait les signaux sondant ses codes.— La voilà !Miles arracha la Clef et courut vers Pel.— Nous avons la Clef, nous avons Nadina, nous avons la preuve que Naru est un traître, nous avons tout.Partons !La porte s’ouvrit alors en sifflant.Miles pivota d’un bloc et tira.Un homme en livrée de la Maison de Kety, armé d’un neutralisateur, culbuta en arrière.Des martèlements de bottes et des cris retentirent dans la coursive.Une douzaine de gardes avaient dû reculer hors de portée de tir.— Oui ! s’écria joyeusement Pel, comme le manchon de la vraie Grande Clef se détachait dans sa main.— Pas maintenant ! hurla Miles.Remets-le en place, Pel, et lève l’écran de force, tout de suite !Miles sauta sur le fauteuil flottant.L’écran de force se remit aussitôt en place.Et un tir de barrage de neutralisateurs s’engouffra par la porte ouverte.Il crépita, inoffensif, sur la sphère étincelante, ne faisant que la rendre un peu plus brillante.Seulement ils avaient laissé Haute Nadina à l’extérieur.Poussant un cri, elle tomba à la renverse, douloureusement touchée par une charge de neutralisateur.Des hommes chargèrent dans la pièce.— Tu as la Clef, Pel ! cria Nadina.Fuis !Un conseil irréaliste, hélas ! Comme ses gardes prenaient possession des lieux et maîtrisaient Nadina, le satrape Kety franchit en toute hâte le seuil et referma la porte derrière lui, la verrouillant de sa paume.— Tiens, tiens, fit-il d’une voix traînante, les yeux brillant de curiosité à la vue du carnage.(Il pourrait au moins avoir la politesse de jurer et de taper du pied, songea aigrement Miles.Pas du tout… Il avait l’air parfaitement maître de lui.) Mais que se passe-t-il ici ?Un soldat vêtu des couleurs de Kety s’agenouilla près du ghem-général Naru et l’aida à se redresser sur son séant en le soutenant par les aisselles.Naru, en équilibre instable, passa une main tremblante sur son visage certainement engourdi et qui devait méchamment le picoter.Miles avait lui-même été assommé à plusieurs reprises par un neutralisateur et il en connaissait donc les désagréables effets.Enfin, Naru tâcha de répondre mais n’émit que des borborygmes.Au second essai, il parvint à déclarer d’une voix encore pâteuse :— Les Épousses Pel et Nanina.Et le Bananiaran.Ch’vous avais prévenu que ces bulles étaient un dancher [ Pobierz całość w formacie PDF ]