[ Pobierz całość w formacie PDF ]
.Ou du moins comme autrefois dans les films.Je ne crois pas que nous ayons jamais chanté des cantiques avant.Comme il faisait trop froid même pour les plus fervents d'entre nous, nous avons terminé par Douce Nuit.Maman a pleuré, et elle n'était pas la seule.Nous nous sommes embrassés en nous promettant de nous voir plus souvent, mais je doute que nous le fassions.Nous ne voulons pas que nos voisins sachent combien il nous reste de vivres et de bois.Et c'est pareil pour eux.C'était quand même une merveilleuse veillée de Noël.Et demain ce sera encore mieux.25 décembreDe loin le meilleur Noël de ma vie.Nous nous sommes réveillés d'excellente humeur, et avons parlé toute la matinée du bonheur que nous avions eu à chanter la veille.Les Morgensen ne sont pas franchement nos amis, mais les voir hier soir, savoir qu'ils étaient toujours dans le coin et en bonne santé, était incroyablement rassurant.— Nous avons fait un sacré boucan, a conclu maman.C'est bon de se rappeler ce que ça fait, d'être joyeux.Et le repas.Quel festin ! D'abord on a eu du bouillon de bœuf avec des crackers aux huîtres.Pour le plat principal, il y avait des linguines en sauce rouge aux palourdes et des haricots verts.Maman a même sorti la bouteille que Peter avait rapportée il y a si longtemps, si bien qu'il y avait même du vin pour fêter ça.En dessert, elle a servi la gelée au citron vert qui était dans les sacs de nourriture distribués l'été dernier.Je ne sais pas quand elle l'a préparée, mais elle s'est débrouillée pour que nous ne nous rendions compte de rien, et c'était une surprise incroyable.Tant de nourriture.Tant de rires.C'était génial.Puis, avec toutes sortes de « hum », de « aaaaah » et de « bon, ben.», nous nous sommes esquivés l'un après l'autre Je suis montée dans ma chambre prendre les paquets pour tout le monde, et à ma grande surprise j'ai vu maman, Matt et Jon se diriger vers la leur.Quand on s'est retrouvés dans la véranda, on était tous chargés de cadeaux.Sauf que ceux de maman étaient emballés dans du vrai papier de Noël.Moi j'avais utilisé des magazines, et Matt et Jon du papier brun d'épicier.Mais nous étions tous étonnés.Tant de paquets.Il y a eu deux cadeaux pour chacun et un pour Horton.Horton a ouvert le sien en premier.C'était une souris-herbe à chat toute neuve.— Je l'ai trouvée dans le magasin pour animaux, a précisé Jon.Je n'en avais pas parlé parce que j'étais censé n'acheter que des boîtes et de la litière.Mais je me suis dit qu'au moins ça ferait un chouette cadeau de Noël pour Horton et je l'ai gardée.En fait le cadeau était aussi pour nous.Horton est tout de suite tombé amoureux de sa souris : il l'a léchée et a bondi dessus en jouant avec comme un chaton.Je repensais au jour où il s'était enfui.Mais lui aussi avait le sens de la famille : il était rentré et on était tous de nouveau réunis.Ensuite, maman nous a dit d'ouvrir ce qu'elle avait prévu pour nous.— Rien de bien original, a-t-elle prévenu.Peter les avait achetés à ma demande dans la boutique de cadeaux de l'hôpital avant qu'elle ne ferme.— Ça les rend encore plus précieux, ai-je répondu, et je le pensais.Je regrette que Peter ne soit pas là avec nous.Maman a hoché la tête.— Eh bien, ouvrez-les ! Simplement, ne vous attendez à rien d'extraordinaire.Mes doigts tremblaient quand j'ai retiré l'emballage.C'était un superbe cahier tout neuf pour écrire mon journal, avec une couverture rose, un minuscule cadenas et une clé.— Oh, maman ! Je n'ai jamais rien vu d'aussi beau !Le cadeau de Jon était un jeu de base-ball portable.— Ne t'inquiète pas, a dit maman.Les piles sont comprises.Le sourire de Jon était tellement lumineux qu'il aurait pu éclairer la pièce.— C'est génial, maman.Ça va bien m'occuper.Le cadeau de Matt était un kit pour se raser.— J'avais deviné que tu aurais besoin de nouvelles lames.— Merci, maman, a dit Matt et il a ri.Je me sentais un peu hirsute ces temps-ci.J'ai insisté pour que maman ouvre mon cadeau ensuite.Elle l'a déballé, et quand elle a vu la boîte de vrais chocolats, sa mâchoire s'est affaissée.— Ils sont sans doute un peu passés, ai-je tempéré.— On s'en fiche ! s'est exclamée maman.Ce sont des chocolats.Oh, Miranda ! Bien sûr que nous allons partager.Je ne peux pas manger toute la boîte à moi toute seule.(Elle s'est interrompue et a posé sa main sur sa bouche.) Oh, ce n'est pas ce que je voulais dire !J'ai éclaté de rire.Jon m'a demandé où était la blague, ce qui n'a fait que déchaîner mon hilarité (et celle de maman).J'ai donc recommandé à Jon d'ouvrir mon cadeau.Il a arraché le papier et a envoyé valser le couvercle de la boîte à chaussures.— J'y crois pas ! s'est-il écrié.Matt, regarde ces cartes.Il y en a des centaines ! Et elles sont anciennes ! Des années 1950 ou 1960.Regarde ! Mickey Mande.Et Yogi.Et Willie Mays[9].J'ai jamais vu une collection pareille !— Je suis contente que tu les aimes, ai-je dit, soulagée qu'il ne m'ait pas demandé d'où ça venait.Matt, c'est à toi.Matt a ouvert son paquet.— C'est quoi ? s'est-il d'abord étonné.Je veux dire, c'est vraiment joli, Miranda, mais je ne suis pas sûr de comprendre.— Oh, c'est vrai, toutes les images sont coloriées.Mais les crayons sont en très bon état et j'ai pensé que tu pourrais dessiner au verso des feuilles.Tu dessinais vraiment bien avant et je pensais que peut-être tu voudrais t'y remettre.Son visage s'est éclairé [ Pobierz całość w formacie PDF ]