[ Pobierz całość w formacie PDF ]
.Cat, Rodney… Ian a fini.N’est-ce pas ?Spade lança un regard furieux à Ian, qui se contenta de hausser les épaules.— Pour l’instant.J’étais coincée dans une maison entre ma mère, son petit ami aux nerfs à fleur de peau, l’ancienne maîtresse de Bones, son créateur libidineux et son meilleur ami taciturne.L’appétit qui m’avait tenaillé lorsque j’étais descendue avait disparu.La seule chose que je voulais, c’était m’éloigner le plus possible d’eux, mais cela signifiait me cacher dans ma chambre, ce dont j’avais également plus qu’assez.Une chose pourrait peut-être m’aider.J’ouvris les meubles et commençai à les fouiller avec une détermination bornée.— Qu’est-ce que tu cherches, Catherine ? demanda ma mère.— De l’alcool.J’en étais à ma troisième bouteille de Jack Daniels lorsque Bones arriva.La nuit tombait, et les derniers rayons du soleil donnèrent une teinte rougeâtre à ses cheveux lorsqu’il passa la porte.Le simple fait de voir son corps rigide et musclé me fit serrer la main davantage autour de la bouteille de whiskey.La vache, ce qu’il était beau, mais il fallait que j’étouffe mes idées obscènes et que je tourne mes pensées vers autre chose.Les machines agricoles.L’élevage.La crise économique.— Bon Dieu, Chaton, c’est comme ça que tu as passé ta journée ? Une bouteille à la main ?Le ton moralisateur de Bones refroidit mes ardeurs temporaires.Bien, pas la peine de réfléchir au déclin de la nation !— Tu as un teint magnifique, alors tu es mal placé pour critiquer, dis-je.C’est pour ça que tu as mis tant de temps ? Elle était particulièrement appétissante ?J’étais jalouse, aussi irrationnel que cela puisse paraître.Bones se nourrissait de femmes pour deux raisons : son allure lui permettait de les charmer avec une facilité déconcertante, et il préférait leur goût à celui des hommes.Je n’avais pas cru que Bones puisse apprécier la différence entre le sang masculin ou féminin jusqu’à ce qu’il me prouve le contraire.Il était capable d’identifier sans la moindre erreur le genre de tout échantillon de sang.Il avait même ajouté un jour qu’il pensait avoir acquis le goût des œstrogènes avec le temps.— Ce qui est sûr, c’est qu’elle n’était pas imbibée de whiskey, me rétorqua-t-il en s’approchant de moi et en fronçant les sourcils à la vue de ma bouteille presque vide.C’est tout ce que tu as avalé aujourd’hui ?— Tout juste, Crispin, claironna Ian.Elle a passé la journée à boire avec la détermination d’un poivrot irlandais.Je n’avais rien à lancer sur Ian, à part mon whiskey, et il n’était pas question que je le lâche.— Va te faire voir, Ian !Bones s’empara de ma bouteille, mais j’avais prévu sa manœuvre.Je m’accrochai et nous tirâmes chacun de notre côté.— Lâche ça, aboya-t-il en m’arrachant mon trophée.Tu as besoin de te nourrir, Chaton, et de boire une bonne dizaine de litres d’eau.Enfin, où est ta mère ? Cette satanée bonne femme n’est même pas capable de veiller à ce que tu ne meures pas de faim ?S’il avait pour but de me mettre en colère, il n’aurait pas pu choisir de meilleur moyen.— Ne te gêne pas.Fais-moi nourrir, abreuver et tenir en laisse par quelqu’un.Tu sais ce que tu aurais dû épouser, Bones ? Un chien, comme ça tu n’aurais pas eu à t’inquiéter qu’il lui prenne occasionnellement l’envie d’agir de son propre chef.— Exactement ce qu’il me manquait, grommela-t-il en se passant la main dans les cheveux.Rentrer chez moi pour y affronter une harpie bourrée qui ne rêve que de m’arracher la tête.Comment ça, ce qui lui manquait ? C’était moi qui m’étais fait assommer, droguer, et qui avais été réduite à se faire nourrir à la cuiller, tout cela à cause d’un vampire fou qui m’avait kidnappée à seize ans et qui refusait d’admettre l’évidence [ Pobierz całość w formacie PDF ]