[ Pobierz całość w formacie PDF ]
.Il était épuisé mentalement et la fatigue le rendait inattentif.Il avait failli commettre une terrible erreur.Il prit un instant pour fixer sa concentration et dissipa les deux sorts, l’un après l’autre.Après avoir franchi cette nouvelle zone du complexe, le sort de protection majeure de la liche réactiva les deux sorts derrière lui.Gromph poursuivit son infiltration.Les portes du temple, elles-mêmes lourdement protégées, étaient proches désormais.D’autres soldats Dyrr se hâtant dans le couloir, Gromph dissipa rapidement les deux défenses arcaniques qui protégeaient l’accès au temple et aux portes.Édifié dans de la pierre de taille, le temple abritait un plafond à coupole et un portique à colonnades extérieur, et son sol était dallé.Une double porte de bronze, noircie par le temps et incrustée de motifs arachnides en électrum et de prières à Lolth, s’ouvrait sur la nef.À l’intérieur, Gromph aperçut des rangées de bancs en pierre de chaque côté de l’allée centrale qui menait elle-même à l’abside et l’autel.Il ne distinguait pas encore vraiment le golem, même s’il savait qu’il se trouvait derrière l’autel.Le temple paraissait vide.Les prêtresses de la Maison étaient bien trop occupées à repousser le siège des Xorlarrin pour passer leur temps en prières.Plusieurs sorts de protection et des pièges arcaniques puissants protégeaient les portes.Le sort de protection majeure de la liche les reliait tous et s’étendait également dans le temple, directement dans l’allée centrale et probablement jusqu’au golem arachnide.Gromph s’arrêta devant les lignes de pouvoir magiques et lança plusieurs sorts afin d’analyser la nature des protections.Il s’empara d’une de ses baguettes de divination et la pointa en direction de la double porte.Il s’aperçut que les protections de la porte du temple formaient un véritable treillis défensif.Il n’était pas persuadé de pouvoir les démêler.La frustration lui fit monter le sang aux tempes.Il tenta de se calmer, mais il détecta quelque chose dans son dos et se retourna.Une femelle drow, la fille de Yasraena prénommée Larikal, s’avançait vers la double porte du temple.Son armure de mailles dissimulait sa forte carrure.Une grosse masse d’armes pendait à sa ceinture.Son visage peu séduisant et terne était barré d’une expression de colère.Un mâle corpulent, atteint de calvitie naissante, marchait à ses côtés, ses mains dans les poches de sa robe noire ; Gromph se souvint de son nom, Geremis, et pensa à Nauzhror en le voyant.Gromph vit que Larikal et le mage étaient auréolés de différents halos magiques.Des sorts de protection personnels les entouraient.Ils portaient également des objets et des armes magiques.Gromph lut sur leurs lèvres.— Je ne tolérerai pas d’autres échecs de ta part, mâle, dit Larikal.Comme tous les autres drows mâles, Geremis eut l’intelligence d’accepter la réprimande sans rien dire.— Le phylactère se trouve à l’intérieur de la forteresse, déclara la prêtresse.Toi et tes mages subalternes devez le trouver dans l’heure.Ou alors, la prochaine fois que tu pénétreras dans ce temple avec moi, ce sera pour être sacrifié au nom de Lolth.— Oui, Maîtresse Larikal, répondit Geremis.Larikal et le mage traversèrent la forme éthérée de Gromph, ce dernier ressentant comme une brise subite, et franchirent la double porte du temple laissée ouverte.Les protections de la porte scintillèrent sur leur passage et les auréolèrent brièvement d’un éclat rougeâtre au moment de franchir le seuil.Ils n’avaient pas prononcé de mot de commande, ou fait de signe particulier, pour entrer dans le temple ; Gromph supposa que les sorts de protection de la porte devaient être liés à un objet qu’ils portaient sur eux ou peut-être même à leurs corps eux-mêmes.La porte franchie, Geremis s’arrêta subitement.Il se retourna, son visage rond barré d’une expression curieuse, et contempla l’espace occupé par le corps éthéré de Gromph.L’Archimage lança un juron et s’immobilisa.Craignant que le mage l’ait repéré, il prépara un sort destiné à tuer Geremis, si d’aventure il parvenait à pénétrer toutes ses défenses.Gromph se détendit lorsque Geremis se retourna et se hâta de rejoindre la fille Dyrr dans l’allée centrale.Gromph changea de position sous le portique afin d’avoir une meilleure vue de l’intérieur du temple.La prêtresse remonta l’allée, pénétra dans l’abside et s’agenouilla un instant devant l’autel noir.D’un geste déférent, elle utilisa un briquet à amadou pour allumer la seule bougie qui ornait le dessus de l’autel.Des ombres apparurent tout autour dans l’abside.Des araignées, certaines aussi grosses que le poing de l’Archimage, grouillaient sur l’autel.À la lueur de la bougie, Gromph parvint à distinguer la forme du golem.Il était énorme.Geremis demeura à quelques pas de Larikal ; les mâles ne pouvaient pas entrer dans les absides des temples de Lolth.Il s’assit sur un banc de pierre dans la première rangée et inclina la tête.Sans préambule, Larikal s’agenouilla de nouveau, inclina la tête elle aussi et commença à prier.Gromph n’entendait pas ses paroles, mais il imagina ses murmures résonner dans l’abside.La lueur de la bougie dansait sur la pierre de taille lisse du golem arachnide.La grosse créature se dressait, menaçante, au-dessus de l’autel, au-dessus de Larikal.Elle se trouvait à quelques mètres seulement de l’objet de ses prières et ne le savait même pas.Gromph faillit sourire malgré la fatigue.La Reine Araignée avait assurément un sens de l’humour certain.Gromph reporta son attention sur les sorts de protection de la porte.Il devait à présent…Une idée lui traversa l’esprit, et il finit par sourire.Après tout, il n’aurait peut-être même pas à devoir démêler les protections.Quenthel tenait son symbole sacré dans la main qui serrait son bouclier et se hâtait d’achever l’incantation d’un sort.Elle doubla presque de taille, son fouet, son armure et son bouclier également.Une lueur violette émanait de ses yeux et entourait son corps tout entier : la manifestation de la faveur divine de Lolth.Danifae acheva le lancement de son sort et un bouclier de force magique gris enveloppa son corps : sa foi s’exprimait sous forme physique.Les deux prêtresses dévisagèrent à travers le terrain déchiqueté et le cortège d’âmes qui avançait rapidement entre elles avant de pénétrer dans le Défilé.Ce ne sont pas des sorts défensifs, pensa Pharaun en se préparant de nouveau à envoyer son poing magique vers Jeggred.Les vipères de Quenthel sifflèrent.Danifae changea quelque peu de position et ses mains se rapprochèrent du manche de sa morgenstern [ Pobierz całość w formacie PDF ]